G Cardinal Lacroix G Cardinal Lacroix
Function:
Archbishop of Qu
Title:
Birthdate:
Jul 27, 1957
Country:
Canada
Elevated:
Feb 22, 2014
More information:
Send a text about this cardinal »
French Retrait du crucifix
Mar 02, 2017
Le cardinal G

par Pierre Saint-Arnaud, La Presse canadienne

La d
French Aide médicale à mourir: le cardinal Lacroix n’envisage pas de refuser de funérailles à des fidèles
Oct 04, 2016
Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix «n’envisage pas de directives» pour empêcher certaines personnes d’obtenir des funérailles religieuses après avoir bénéficié de l’aide médicale à mourir, contrairement à ce qu’ont proposé d’autres évêques canadiens.

29 septembre 2016

Le cardinal de Québec a précisé sa position jeudi après que l’idée évoquée par des évêques de l’Ouest canadien eut fait beaucoup de vagues à travers le pays.

«L’Église catholique accompagne les personnes à toutes les étapes de la vie. Elle le fait en mode dialogue avec toute personne et toute famille qui souhaite être accompagnée», a souligné Mgr Lacroix par voie de communiqué.

L’archidiocèse ne prévoit donc pas adopter de directives qui refuseraient «l’accompagnement, l’accès aux sacrements des malades et la célébration de funérailles». Gérald Cyprien Lacroix a toutefois rappelé que l’Église «optera toujours pour des soins palliatifs accessibles à tous plutôt que l’euthanasie».

Consultations prévues

Pour mieux comprendre la réalité de cette question nouvelle au quotidien, l’Église catholique de Québec tiendra des consultations au cours des prochains mois.

«Nous organiserons quatre assemblées de prêtres pour discuter de cet enjeu. Nous voulons entendre ce qui se passe sur le terrain», explique le vicaire général, Marc Pelchat.

Ce dernier confirme que certains fidèles de l’église de Québec ont eu recours à l’aide médicale à mourir. «Notre option première est la vie en toute circonstance, mais il n’est pas question de refuser l’accès aux sacrements ou à des funérailles. Notre directive est celle de l’écoute et de l’accompagnement», ajoute l’abbé Pelchat.

Idée controversée

L’idée de refuser des funérailles religieuses aux gens ayant demandé l’aide médicale à mourir est venue d’évêques de l’Ouest canadien il y a deux semaines.

L’épiscopat de six diocèses a envoyé la directive, «qualifiée par certains de “rétrograde”», à leurs prêtres, rapportait jeudi le quotidien Le Devoir.

Les évêques en question déploraient le caractère «scandaleux» que revêtirait une cérémonie religieuse célébrée à la suite de ce «péché mortel».

Ils disaient aussi craindre qu’une telle célébration «soit interprétée comme un encouragement à commettre ce mal», selon le document obtenu par le quotidien.

http://www.journaldequebec.com/2016/09/29/aide-medicale-a-mourir-le-cardinal-lacroix-nenvisage-pas-de-refuser-de-funerailles-a-des-fideles
English Quebec cardinal won't refuse funerals for those choosing assisted death
Oct 04, 2016
Cardinal Gerald Lacroix of Quebec said he has no intention to follow in the steps of his fellow Canadian bishops of Alberta and the Northwest Territories in refusing funerals for those who asked to be euthanized.

September 30, 2016

Philippe Vaillancourt, Catholic News Service

QUEBEC CITY – "I don't plan specific directives aimed at refusing this support or refusing access to the anointing of the sick and the celebration of funerals," Cardinal Lacroix said in a statement Sept. 29. The cardinal was reacting to a document published earlier this month by the bishops of Alberta and the Northwest Territories, addressed to the clergy, in which they said these sacraments and celebrations may be refused for those opting for assisted suicide or euthanasia.

"The Catholic Church accompanies people in every step of their life. We do that in dialogue with every person and every family that wishes to be accompanied," added the cardinal.

He also reminded people of everyone's "unconditional dignity in the eyes of God."

"This is why we will always opt for palliative care accessible for everyone instead of euthanasia," Cardinal Lacroix said.

He recognized that recent changes in the laws of the province of Quebec and in the Canadian Penal Code offer "new pastoral challenges" for the Catholic Church.

In Montreal, Archbishop Christian Lepine also said he does not intend to ask his priests to refuse funerals for those who choose the now legal medically assisted dying.

In their 34-page Guidelines for the Celebration of the Sacraments with Persons and Families Considering or Opting for Death by Assisted Suicide or Euthanasia, published in mid-September, the Alberta and Northwest Territories bishops said euthanasia is a "grave violation of the law of God." They offered pastoral guidance and indicated that a person's judgment may be impaired through "depression, drugs, or pressure from others."

They said it would be "truly scandalous" if funerals were to become a celebration of the decision to choose euthanasia or assisted suicide. "Such a request for funeral rites must be gently but firmly denied," said the document.

http://www.catholicregister.org/item/23227-quebec-cardinal-won-t-refuse-funerals-for-those-choosing-assisted-death
English Open letter from Cardinal Lacroix – “Assistance in Dying” : No Deadline for Dignity
May 30, 2016
On June 6th, the Supreme Court of Canada’s decision concerning “medical assistance in dying” will take effect with or without a federal law to control it.

The adoption of bill C-14 or the Carter decision’s coming into effect will certainly give place to appeals within the court system to widen the use of euthanasia in Québec, available to its citizens for the past 5 months. Pressures will also be felt to provide assisted suicide as defined by Bill C-14: “the prescribing or providing by a medical practitioner or nurse practitioner of a substance to a person, at their request, so that they may self-administer the substance and in doing so cause their own death”.

Today, I wish to address myself especially to the persons that have “a grievous and irremediable medical condition, (including an illness, disease or a disability) that causes enduring suffering that is intolerable 1 ”.

The life you have received, the breath that sustains you, the personality that characterizes you are imprinted with beauty, nobility and greatness. The love you have received, the love you have given are always present and make you – like all of us – people that are vested with great dignity in all circumstances. What you have been, what you are today require, among other things, respect, accompaniment and appropriate care to help you grow to the very end.

To respect the sanctity of life, the Catholic Church firmly opposes euthanasia and assisted suicide. She deplores that all the scenarios put forward by the federal government eventually allow a growing number of people to ask to end their life.

Oftentimes, I repeat that the Church’s position is not to highlight the value of suffering. Yes, faith can give a sense to suffering, but Christians, just like Jesus, wish to avoid suffering when possible: “Father, if you are willing, remove this cup from me; yet, not my will but yours be done” (Luke 22:42). I am firmly convinced that God loves us with an eternal love, just as we are here and now, and until our death when he will receive us with open arms. Just listen to our emeritus Archbishop Maurice Couture’s recent conference on our diocesan web television ECDQ.tv to be convinced of it.

Until next June 6th, I collectively challenge ourselves. You surely know a person who can recognize him or herself in the Québec and (soon to be) Canadian criteria for access to medical assistance in dying. Listen to that person express to the very end his or her suffering and fear. Tell that person that he or she has a great worth in your eyes and will always be able to count on your presence. Remind him or her of your unconditional love.

The calls for assistance in dying usually disappear when suffering people are well accompanied. Doctors and palliative care personnel have so many times witnessed it to me. I thank them for pursuing their role in this new legislative context in Québec. Their efforts to relieve physical and moral suffering carry real fruits and investments in palliative care must continue. For those who oppose euthanasia – still a majority – , their objection of conscience must be protected. If a doctor does not wish to refer a patient to his medically provoked death, the doctor’s wish must be respected without being questioned.

I also want to thank the caregivers. The present debate puts us at risk to forget their dedication, courage, strength, but also their sense of presence to others and their respect for life. These persons have a great need to be recognized and supported.

My personal journey in accompanying people in end of life situations confirms to me that it is dangerous to allow permission to provoke the death of another person, even with his or her consent. Not only does the law dictate, but it educates and gives a demand of the right and a suggestion of duty. With time, customs are affected and the rarity of the gesture cedes way to habit. In my humble opinion, it is a very sad “progress”. We have the responsibility, the mission to accompany with gentleness and tenderness the life of our close ones who suffer, and that, without recourse to a law that promotes death. In this context, we are invited to prevent this suicidal mode by choosing to recognize the dignity of life.

Gérald C. Cardinal Lacroix
Archbishop of Québec
May 30, 2016

1 This description corresponds to the Canadian Supreme Court’s decision to amend our criminal code by June 6th to offer “medical assistance in dying” .

http://beta.ecdq.org/blog/open-letter-from-cardinal-lacroix-assistance-in-dying-no-deadline-for-dignity/
French Passer de plongeur à cardinal
Apr 30, 2016
Le cardinal Gérald-Cyprien Lacroix a raconté le parcours de sa vie à Saint-Joseph.

Publié le 28 avril 2016

Le cardinal Gérald-Cyprien Lacroix est un homme de terrain et sans prétention. Tout jeune, en même temps qu’il plongeait ses mains dans la vaisselle d’un restaurant, il s’est imprégné du désir d’aider les autres et de célébrer l’humanité : des valeurs qui l’animent toujours.

«Je ne suis pas carriériste; je suis bien au ras des pâquerettes.» Demeurer un prêtre heureux, c’est tout ce qu’il souhaitait et lorsqu’il a été désigné à de plus hautes fonctions au sein de l’Église, il ne voulait surtout pas se retrouver dans le rôle d’un bureaucrate usant son temps à signer des papiers. Dans son esprit, la question a vite été réglée. «Je suis et serai Gérald tout simplement »

Les valeurs de la vie que Gérald-Cyprien Lacroix a adoptées, il les a d’abord apprises auprès de ses parents qui ont émigré à Manchester, au New-Hampshire. C’était en 1967. Le couple avait joint un groupe de l’évangile axé sur le partage avec les autres. «Cela m’a beaucoup influencé.»

Un bébé mourant change tout

D’abord plongeur, puis gérant de restaurant et graphiste, le cardinal Lacroix avait 25 ans quand il a voulu profiter d’un congé sans solde, pour vivre une expérience humanitaire en Colombie. Au départ, son contact avait refusé son offre parce qu’on ne pouvait lui prodiguer aucun confort. «Je me suis dit que c’était parfait comme ça, que j’y allais.»

Dans une région d’extrême pauvreté, le futur cardinal avait surtout été marqué par un événement en particulier : l’imploration d’un jeune père qui voulait qu’on sauve son bébé mourant de deux mois. Il ne pouvait aller à l’hôpital parce que la famille y avait un compte qui n’avait jamais été acquitté et avant tout, il souhaitait qu’on baptise son enfant.

Après des recherches infructueuses pendant toute une journée, Gérald-Cyprien revenait  auprès de la famille. « Comme il est possible de donner le sacrement en cas d’extrême urgence, je l’ai fait. » Le lendemain, il retournait à la maison, mais elle était abandonnée. « Je n’ai pas dormi pendant trois nuits et j’ai senti comme un appel », témoignait-il lors du dernier déjeuner de la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Joseph.

Au cœur d’un paradis de la drogue

De retour au Québec, Gérald-Cyprien entreprenait ses études de prêtrise et en 1990, il se retrouvait à nouveau en Colombie à la tête d’une paroisse de 85 villages perdus au cœur des Andes, un terrain propice à la culture de la cocaïne où régnait beaucoup de violence.

Dans la principale communauté, on avait relevé 35 meurtres la première année de ses neuf années de cure. On lui disait que cela était normal. «Normal? Je suis né à Saint-Hilaire-de-Dorset en Beauce, un gros village de 101 habitants et des assassinats, il n’y en a jamais eu.»

Des messes trop courtes

N’empêche qu’au milieu de ces lieux remplis de souffrance, le cardinal a découvert combien les Colombiens étaient empreints d’une foi inébranlable.

Il est même arrivé qu’on se plaigne de ses homélies lors de ses messes dominicales parce qu’elles étaient trop courtes. «Ces rassemblements étaient une fête. On n’en a pas le sens ici et c’est que je souhaiterais. Je voudrais que nos communautés deviennent des communautés de vie.»

Ce que le cardinal retient des valeurs de la vie qui ont parsemé son parcours, ce sont l’espérance et la persévérance. Rien n’est jamais impossible, dit-il. «Dieu rend capables ceux qu’il a choisis.»

http://www.beaucemedia.ca/actualites/2016/4/28/passer-de-plongeur-a-cardinal.html
French Le cardinal Lacroix lance un message de paix
Mar 28, 2016
La basilique Notre-Dame était bien remplie dimanche matin, à Québec, pour la célébration de Pâques présidée par le cardinal Cyprien Lacroix, qui a profité de ce moment de rassemblement pour livrer un message de paix aux fidèles.

Les tristes événements de Bruxelles, survenus la semaine dernière, ont d’ailleurs trouvé écho à la messe et le cardinal a invité les gens présents à trouver espoir dans la signification de la fête de Pâques.

«Me semble que cette année, avec ce que traverse le monde, les difficultés et la crainte des attentats et de tout ça, on a besoin davantage d’espérance que nous apporte la résurrection de Jésus, a indiqué le cardinal Lacroix. La résurrection, c’est la vie qui a le dernier mot et non pas la mort.»

«Nous pourrions être tentés de dire que nous ne passerons pas au travers, il y a trop de mal dans le monde, mais non. Il faut se tourner vers celui qui a vaincu le mal», a-t-il ajouté.

http://www.tvanouvelles.ca/2016/03/27/le-cardinal-lacroix-lance-un-message-de-paix
French Québec : fête sous le signe de l’accueil des réfugiés
Jan 14, 2016
Le cardinal Lacroix salue en arabe une famille syrienne

Quelque 600 personnes ont participé à la fête interculturelle au Québec (Canada) qui s'est déroulée sous le signe de l’accueil des réfugiés.

Elle s’est tenue le 10 janvier 2016 à l’église Sainte-Ignace-de-Loyola à Beauport sous le thème « Lui aussi a été un réfugié! », indique le site de l’Église catholique de Québec.

La célébration a été présidée par le cardinal archevêque de Québec, Gérald-Cyprien Lacroix, qui avait  prononcé les mots de bienvenue dans plusieurs langues. Il l'a également fait en arabe, pour saluer la présence de la première famille de réfugiés syriens arrivée à Québec durant la période des fêtes, précise le Beauport express.

Les membres du comité d’accueil de la paroisse Saint-Louis-et-Saint-Yves qui a pris en charge la famille syrienne de Nabi Sabeh et Jeanet Jiji ainsi que leurs deux enfants Perla et Antonio, avec l'aide du couple accompagnateur, ont participé à la fête.

Dans son homélie, le cardinal Lacroix a souligné « qu’en cette année sainte du Jubilé de la Miséricorde, ouvrir nos cœurs et nos communautés pour accueillir des familles de réfugiés est un engagement très concret et qui témoigne de notre foi ».

Cinq chorales (latino-américaine, burundaise, vietnamienne, néocatéchuménale et celle de la paroisse) ont apporté leur contribution à la célébration.

Après la liturgie, une rencontre fraternelle était organisée autour d’une collation dans le sous-sol de l'église. Des kiosques y présentaient des organismes chargés de sensibiliser à la réalité interculturelle, ainsi qu’à l’accueil et à l’intégration des réfugiés.

http://www.zenit.org/fr/articles/quebec-fete-sous-le-signe-de-l-accueil-des-refugies?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+zenit%2Ffrench+%28ZENIT+French%29
English Quebec's Cardinal Lacroix returns to NH
May 16, 2015
Cardinal Gerald Cyprien Lacroix, the Archbishop of Quebec, returned to New Hampshire on Thursday in an effort to raise money for less fortunate children eager to receive a Catholic education.

AMHERST — “I made this very special trip, a six-hour drive from Quebec City, for an excellent cause, a cause very close to my heart — Catholic education and Trinity High School,” said Lacroix. “I am a proud Pioneer from THS 40 years ago.”

Lacroix was the guest speaker at a special fundraising dinner Thursday evening at LaBelle Winery, hosted by Trinity High School to celebrate the launch of a new Gerald Cyprien Cardinal Lacroix Trinity High School Scholarship Fund.

The endowment fund will assist young men and women who may not have the finances available to attend a Catholic school by providing them with tuition costs.

“These students are deserving, and need to come here and study and get the good formation and experience of Trinity High. We need to invest in future generations,” said Lacroix.

It was a special homecoming for Lacroix, who graduated from Trinity High School in Manchester in 1975. He visited with former classmates and members of his prior parish, St. Anthony of Padua.

The French-Canadian immigrant was born in Canada, but considers Manchester his home. His parents, Raymond and Brigitte Lacroix, moved to New Hampshire from Canada when Lacroix was just 8.

“My parents made many sacrifices,” said Lacroix, adding they worked hard to be able to send him and his siblings to a private school. “A private, Catholic high school costs money. There is no funding from the government. This is not a public school, it is private. But, the values that are taught and lived there, we believe, are an experience, and are worth it,” he said.

The goal of the scholarship fund is to invest in the future of young people, encourage the continued growth of a commitment to community service, academic excellence, and faith and to support the work of Trinity High School, according to organizers.

“Our desire is to have the dream of education become a reality for all people,” said Father Andrew Nelson of Berlin.

Many families struggle to make the dream of a Catholic education a reality, according to Father John Fortin, superintendent of schools for the Diocese of Manchester.

With the cost of education rising, Fortin said it is critical for the church to continue to develop ways to help provide scholarships for students.

William Sheehan, a math teacher at Trinity, echoed those sentiments.

“In Manchester we have many shades of students ... and unfortunately, the only color that matters is green,” said Sheehan. “It is the church’s responsibility to serve everyone and help everyone with their education — especially those who are in need.”

Sheehan praised Lacroix for his continuous support of Trinity High School, and for his renewed efforts to help children obtain a Catholic education.

“He is such a humble man who really loves life,” Sheehan said of the Cardinal. Lacroix is in charge of the Archdiocese of Quebec, which consists of 200 parishes and more than one million Catholics, he said.

“The most rewarding part is to be able to spread the good news of the Gospel — it is to preach and bring people to encounter Jesus Christ because he is the one who brings joy and peace in your heart,” said Lacroix.

http://www.unionleader.com/article/20150515/NEWS08/150519379&source=RSS
French Réforme de la curie : le regard du cardinal Lacroix
Feb 14, 2015
Quelques 160 cardinaux venus du monde entier sont, depuis jeudi matin et pour deux jours, réunis au Vatican pour un consistoire, autour du Pape François, consacré en grande partie au projet de réorganisation de la Curie romaine.

(RV) Entretien-  L’objectif, le Saint-Père l’a rappelé dans son discours d’ouverture, est de « favoriser une plus grande harmonie dans le travail des différents dicastères et bureaux, afin de réaliser une collaboration plus efficace, dans cette transparence absolue qui  contribue à une authentique synodalité et collégialité ». Pour cela le Pape a demandé « du temps, de la détermination, et surtout la collaboration de tous ».

Parmi les cardinaux présents en salle du Synode : l’un des plus jeunes, le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, au Canada, créé cardinal par le Pape François lors du consistoire de 2014. Hélène Destombes l’a rencontré au terme de la première matinée de travaux. Il revient sur le discours du Saint-Père et nous livre son sentiment sur cette nouvelle réforme  :

Les objectifs, c’est d’abord de trouver pour la Curie romaine une harmonie dans le travail, travailler vraiment ensemble. Comment doit circuler l’information ? Comment on va réussir à partager, entre nous et spécialement pour ceux qui travaillent, ici, à la Curie romaine le travail, l’information pour qu’on puisse mieux servir la mission de l’Église. C’était la première chose. Ce qu’il a aussi dit d’important, c’est que pour qu’on arrive à cette harmonie, on doit avoir une collaboration et une transparence absolue de tout le monde. Cette collaboration nous rendra plus efficace.

Il a beaucoup insisté sur la nécessité de cette collaboration de tous. Vous avez senti, au sein du collège cardinalice, cette volonté d’avancer ensemble ?

Oui, évidemment, par les interventions. Le Pape le rappelait et certains l’ont rappelé aussi. Dans les congrégations, avant le Conclave, il y avait déjà un grand désir de réforme. Le Pape répond à ce désir là. Alors évidemment les cardinaux qui étaient là avant le conclave sont, pour la plupart, encore là aujourd’hui. Ils voient que ça avance, que le Saint-Père a pris au sérieux cette demande et qu’il y a travaille avec un conseil de neuf mais aussi de façon élargie. Il a beaucoup consulté les chefs de dicastères. Les dicastères ont été informés et ont apporté des suggestions et beaucoup d’autres personnes ont été consultées également.

Le Saint-Père a précisé que la réforme entendait perfectionner l’identité de la Curie romaine. Quel doit être aujourd’hui cette identité ?

Une identité de service. D’abord, service au Saint-Père pour l’aider dans sa mission pétrinienne. Mais service à la mission de l’Église et aux Églises locales. Il le dit à quelques reprises-je ne révèle pas de secrets, on l’a entendu dans certains de ses discours -le Pape dit : lorsqu’on est évêque, venir ici, à la Curie romaine, ne doit pas être comme passer à la douane. On doit venir ici pour recevoir l’appui, l’orientation, les outils nécessaires pour poursuivre notre mission, l’encouragement. Alors, l’identité de la Curie, elle doit être là pour aider l'Eglise à réaliser sa mission, l’aider à réfléchir, l’aider aux grandes orientations, à clarifier des questions, tantôt d’ordre doctrinal, tantôt d’ordre pastoral, liturgique ou autre.

Cette réforme suscite interrogations, enthousiasme mais aussi une certaine inquiétude. Qu’avez-vous perçu parmi les quelque 160 cardinaux présents actuellement à Rome, venus du monde entier.

Ce matin, je n’ai rien perçu comme inquiétude. Mais il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. Toute réforme suscite de l’inquiétude. Tout changement, aussi petit soit-il, provoque de l’inquiétude, parfois de la peur. Ce ne serait pas surprenant. Évidemment, nous sommes un groupe mais il y a là un grand défi. Nous venons de toutes les parties du monde, de tous les continents. Nous sommes de différentes cultures, de différentes langues, de différentes traditions. Nous sommes tous catholiques mais pas tous romains. Il y a d’autres traditions dans notre Église qui enrichissent ce que nous sommes. Nous sommes de différentes générations. Il y a différentes écoles de pensée. Évidemment, rassembler tout ce monde-là et regarder l’avenir, regarder cette réforme que souhaite le Pape et que souhaite l’Église, c’est exigeant mais un changement est nécessaire ! Ca a été très bien exprimé et on va travailler ensemble pour y parvenir.

Cette nouvelle réforme intervient après celle de 1908, 1967 et 1988 avec la constitution apostolique Pastor Bonus. Chaque constitution s’inscrivait dans un contexte bien précis. Aujourd’hui, quelle est la priorité, la première urgence ?

Je sens très fort que le Saint-Père veut que nous redevenions crédibles. D’ailleurs, il a encore insisté très fort ce matin sur le témoignage : donner un vrai témoignage chrétien. Ce n’est pas seulement pour les gens qui sont sur le terrain et un peu partout à travers le monde. La curie, les employés, les gens qui travaillent ici, les collaborateurs plus rapprochés  du Saint-Père qui doivent nous donner un témoignage de vie chrétienne. Il le dit à plusieurs reprises. Il faudra arriver à sortir de ce carriérisme, de cette recherche de pouvoir. Et le Pape veut absolument qu’on ne soit pas d’abord préoccupé par l’organisation mais la mission. Alors, c’est très important dans cette réforme pour qu’on soit davantage des disciples missionnaires, comme il l’exprime souvent et qu’on lit dans son exhortation apostolique « Evangelii Gaudium ».

Vous venez d’évoquer « Evangelii Gaudium ». Dans cette exhortation, le Pape évoque une décentralisation salutaire. La réforme doit prendre en compte cette nécessité, refléter cette nécessité ?

Oui, évidemment. C’est un travail que le Concile Vatican II a mis de l’avant de façon très importante,  il y a déjà 50 ans et plus. Mais vous savez, la réforme, ça prend du temps. La conversion prend du temps. Et on doit continuer dans ce sens-là. Il me semble que ce que nous sommes en train de vivre avec le Pape François est vraiment, enfin, l’aboutissement des grands souhaits du Concile Vatican II. Il est bien évident qu’on avait fait des pas, plusieurs grands pas. Mais là, c’est comme si on va faire un pas de géant et c’est salutaire.

http://fr.radiovaticana.va/news/2015/02/12/r%C3%A9forme_de_la_curie__le_regard_du_cardinal_lacroix/1123080
French Rapprochement États-Unis/Cuba: le Vatican au coeur du jeu diplomatique
Dec 24, 2014
Les États-Unis et Cuba se sont serré la main après plus d'un demi-siècle de tensions et de représailles économiques cette semaine. Une réconciliation historique mettant en lumière la puissante - et fort discrète - diplomatie de l'Église catholique au Vatican.

Le rapprochement entre le président américain Barack Obama et le président de Cuba Raul Castro a bénéficié de l'implication directe de l'Église catholique, a-t-on appris dans les derniers jours.

«On est toujours surpris quand les choses aboutissent. Mais en même temps, ce n'est pas un secret que depuis longtemps, il y a des pourparlers, il y a des relations diplomatiques», raconte l'archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, en entrevue au Soleil. «Il se fait toujours un travail. Ces gens-là ne parlent pas seulement de religion, de la pluie et du beau temps! Le pape est assez au courant de la réalité des pays.»

L'influence de la diplomatie de l'État catholique est méconnue par la population, soutient le cardinal Lacroix. «Les gens ne sont pas au courant nécessairement. Comme nous ne sommes pas au courant de toutes les relations que le Canada ou un autre pays peut avoir», dit-il. «Il faut se réjouir que ce travail-là se fasse par des diplomates. C'est un travail de longue haleine.»

«L'excuse» de Québec

Plusieurs rencontres secrètes ont eu lieu au Canada afin de rapprocher les deux pays. Or, un archevêque tissant des liens avec la ville de Québec aurait été impliqué dans les pourparlers.

Selon le prestigieux quotidien britannique The Guardian, le cardinal cubain Jaime Ortega aurait même profité d'une invitation à Québec pour participer aux négociations secrètes en sol canadien. Jaime Ortega a été envoyé dans la capitale québécoise comme représentant du Vatican pour les célébrations du 350e anniversaire de la paroisse Notre-Dame de Québec.

D'après The Guardian, le cardinal Ortega avait ainsi «l'excuse parfaite pour voyager au - et à partir du - Canada durant une phase cruciale des négociations».

Le cardinal Gérald Cyprien Lacroix connaît bien le cardinal Jaime Ortega. Il n'a cependant jamais été informé du grand ballet diplomatique. Il n'est pas surpris de constater pour autant le rôle de l'archevêque de La Havane dans le rapprochement des deux nations. «Il ne faut pas se surprendre que le cardinal Ortega ait été impliqué là-dedans», soutient-il. «C'est un homme d'une grande transparence. C'est un homme qui doit être un rassembleur. Il a certainement dû être très aidant! On peut présumer ça.»

Longue tradition

Le rôle clé de la branche diplomatique de la religion catholique découle d'une longue tradition, fait valoir le doyen de la Faculté de théologie et de sciences religieuses à l'Université Laval, Gilles Routhier. «Il faut savoir que les relations diplomatiques entre le Vatican et Cuba n'ont jamais été interrompues. Alors qu'avec plusieurs autres pays communistes, les relations diplomatiques avec ces pays avaient été interrompues.»

Dès les années 60, au coeur de la guerre froide, le Vatican s'est positionné comme interlocuteur de choix dans ce dossier. «Au plan historique, le Vatican était déjà intervenu en octobre 1962, au moment de la crise de Cuba. C'était une intervention avec le pape Jean XXIII, du côté de Nikita Khrouchtchev et de John F. Kennedy, au moment des missiles de Cuba. Ce n'est pas la première fois historiquement que le Vatican s'implique dans la question cubaine», rappelle le chercheur de l'Université Laval.

L'Église dispose d'un corps diplomatique impressionnant, soutient Gilles Routhier. «Il y a une importante diplomatie. Ce sont des relations diplomatiques avec de très nombreux pays. Peut-être plus que le Canada! Et ce n'est pas simplement avec des pays catholiques. C'est aussi bien avec des pays communistes, islamiques, du Golfe, etc. Plusieurs pays veulent avoir des relations diplomatiques avec le Vatican.»

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201412/19/01-4829903-rapprochement-etats-uniscuba-le-vatican-au-coeur-du-jeu-diplomatique.php
French «Je suis un cardinal de l’Évangile»
Apr 20, 2014
Gérald Cyprien Lacroix est devenu prêtre à l’âge de 31 ans.

Archevêque de Québec depuis 2011, Gérald Cyprien Lacroix devient l’un des trois plus jeunes cardinaux de l’Église catholique, à l’âge de 56 ans, le 22 février dernier. Devenu prêtre à l’âge de 31 ans en 1988, il exerce, à partir de 1990, son ministère en Colombie durant neuf ans. Sur les traces d’un pasteur fortement marqué par sa vie de missionnaire…

Aîné d’une famille beauceronne de huit enfants, ses parents ayant émigré à Manchester au moment où il est âgé de huit ans dans le but d’assurer au paternel bûcheron un emploi plus stable qui le rapproche des siens, il vivra là-bas jusqu’à l’âge de 19 ans avant de s’installer dans la Vieille Capitale, où il devient graphiste dans le monde de la publicité et de l’édition. Quelque six années plus tard, il fait la demande d’un congé sans solde pour se rendre vivre une expérience missionnaire et humanitaire de six mois en Colombie : « C’est là que je ressens l’appel à devenir prêtre », laisse savoir le cardinal. De retour à Québec, il poursuit des études en théologie, qui le conduiront vers la prêtrise.


Deux ans après avoir été ordonné prêtre, il séjourne à nouveau dans ce pays du nord-ouest de l’Amérique du Sud, cette fois-ci pour exercer son ministère pendant neuf ans. Au sein de l’Église, il continuera, de retour au Québec en 1998, d’exercer diverses fonctions jusqu’à ce qu’il soit nommé évêque auxiliaire en 2009 par Benoît XVI et fait récemment cardinal par le pape François.


Une population inspirante



Une question jaillit de source en observant ce parcours : que retient-il de son expérience pastorale en Colombie durant de nombreuses années ? « J’ai vécu un contact exceptionnel avec une autre culture et une autre langue, avec un peuple qui valorise beaucoup la famille et la vie. » Il fait part de l’expérience vécue en des terres de ferveur religieuse, mais aussi de climat social et politique perturbé : « J’ai été curé dans la montagne pendant trois ans, et je devais m’occuper de 72 petits villages, dont les plus éloignés étaient situés à 18 heures de marche ou de transport à dos d’âne. C’était merveilleux, et c’était presque un diocèse en soi ; le territoire était immense, et j’étais le seul prêtre avec quelques jeunes laïcs qui faisaient partie de mon équipe. »


Un autre aspect de son ministère l’a profondément touché : « Je retiens que je me suis nourri de partager mon existence avec des gens jeunes et pauvres, mais qui ont le goût de la vie ; quand j’ai vécu dans ce pays, plus de la moitié de la population avait moins de 18 ans, ce qui fait toute une différence avec le Québec. Il y avait à cet endroit un tel dynamisme, et on construisait des communautés. J’ai beaucoup appris du peuple colombien, et j’ai une grande dette de gratitude pour ce que ces gens m’ont montré au sujet de l’importance de la personne humaine : ils savent prendre le temps, et ce ne sont pas les agendas et les montres qui les conduisent, mais plutôt le coeur et la vie de famille. Voilà ce qui a été fondamental pour moi, et je suis l’évêque que je suis aujourd’hui en partie grâce à mon passage en Colombie. »


Et ce trait de caractère a lui aussi laissé des traces : « Il y a eu ces nombreux échanges avec les gens au sein d’équipes ; je travaille toujours de cette façon, et je suis un homme d’équipe plutôt que seul. Les Colombiens sont forts dans ce domaine. »


De gauche, de droite ou de centre ?



Monseigneur Lacroix tient ce discours sur son positionnement « politique » au sein de l’Église à titre de cardinal : « Je vais vous dire comment je suis comme prêtre, comme archevêque de Québec et comme cardinal. Je suis un cardinal de l’Évangile et je veux me laisser guider par celui-ci, par la parole de Dieu, par l’enseignement de notre Église pour faire route avec les gens. »


Le pasteur accompagne en fonction des besoins des gens : « J’aime beaucoup le message que livre parfois François aux évêques : l’évêque doit parfois être en avant ; c’est un bon berger qui se place à cet endroit pour guider le troupeau et, dans ce sens-là, c’est un leader. Parfois, il doit être au milieu du troupeau, en marchant avec ceux qui le composent à leur rythme, pour être certain de bien comprendre ce qu’ils vivent. En certaines occasions, il doit, comme le berger, être en arrière du troupeau de façon à s’assurer que personne n’est laissé derrière ou pour compte. »


Conciliation entre dogme et paroles d’Évangile



Il y a à tout le moins une certaine forme de dichotomie entre la parole de l’Évangile prêchée par l’Église et les règles strictes coulées sous forme de dogme qu’elle entend faire respecter. Gérald Cyprien Lacroix prend position en cette zone ombrageuse : « C’est une heureuse tension entre amour et vérité. » Il apprécie beaucoup cette pensée du philosophe français Jacques Maritain qui disait que « la vérité sans l’amour c’est trop dur ».


Il poursuit : « Si on dit la vérité à quelqu’un sans qu’il y ait une dose d’amour, on peut l’écraser et faire plus de tort que de bien. » Mais Maritain ajoutait aussi : « L’amour sans la vérité, c’est trop mou. Quand amour et vérité se conjuguent, il y a toujours une piste d’espérance. » Pour le reste, il se réfère au pape François : « Voilà ce qu’il propose, je crois : arrêtons de moraliser les gens en premier lieu ; ce n’est pas le premier pas à faire, et il faut d’abord les amener à découvrir qu’ils sont aimés de Dieu, qu’ils sont appelés à la vie en abondance et à la liberté. Mais s’il n’y a pas d’abord cette relation personnelle avec Jésus-Christ, s’il n’existe pas une amitié ou une alliance qui est le fondement même de cette relation, ou encore si on ne se sent pas aimé de Dieu, on ne sera pas capable de voir le reste, qui va nous écraser. »


Et il revient volontiers sur la tension réelle qui existe : « Ce n’est pas simple, et lorsqu’on rencontre quelqu’un dans la vraie vie, c’est une chose que de prêcher, d’enseigner et d’écrire ; mais en présence d’une personne qui est dans une situation compliquée, face à un couple ou une famille qui ont des décisions à prendre, c’est complexe d’exercer notre ministère. Apprendre à avancer tranquillement ensemble dans l’amour et la vérité, c’est cela, le grand défi. »



La signification profonde de Pâques



Dans la perspective des sondages inquiétants démontrant une démobilisation des Québécois envers l’Église, le cardinal Lacroix invite à se retrousser les manches avant de se tourner vers la résonnance de la fête pascale : « Ça veut dire que nous avons une tâche énorme pour attirer ces gens-là et leur proclamer le message de l’Évangile. C’est une situation qui pourrait être décourageante, mais qui ne l’est pas. Au commencement de l’Église, à la suite de la résurrection de Jésus et de la Pentecôte, tous les compteurs étaient à zéro. » Il s’est alors trouvé des gens pour témoigner de leur foi : « Ils ont enseigné et proclamé l’Évangile ; ils sont devenus des témoins lumineux, radieux et attirants. C’est ainsi que les communautés chrétiennes ont été fondées. »


Quant à la résonnance de Pâques, il livre ce message : « C’est la plus importante de toutes les fêtes de l’Église durant l’année. C’est beau, un Dieu qui entre dans l’humanité et dans l’histoire en venant au monde. La beauté, et c’est le coeur du mystère du christianisme, émane du fait que le Christ est mort et que Dieu l’a ressuscité. Notre Dieu, c’est un vivant, et il y a des témoins de cela. Notre foi est vraiment basée sur la résurrection du Christ, et tout s’explique si on y croit. Il nous a ouvert les portes de la vie éternelle et il nous l’a dit : celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra. »

http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/405715/Eglise-quebecoise-je-suis-un-cardinal-de-l-evangile
Italian Lacroix, il cardinale che lavorava in un ristorante
Jan 19, 2014
L’arcivescovo di Quebec, già membro di un Istituto secolare, è l’unico nordamericano del prossimo Concistoro.

Quando tre anni fa nella diocesi canadese di Quebec pensavano alla successione al card. Marc Ouellet, chiamato da Benedetto XVI in Vaticano alla guida della Congregazione per i vescovi, di lui dicevano che non aveva “un curricolo adeguato”.





Il curricolo ovviamente lo possiede, ma forse non così tradizionale come qualcuno si aspettava. Ma  Gérald Cyprien Lacroix a 53 anni venne nominato arcivescovo e il prossimo 22 febbraio (esattamente tre anni dopo) a 56 diventerà il 17esimo cardinale nella storia della Chiesa cattolica del Canada e il terzo più giovane dell’intero Collegio. Fino a quella data sono solo tre i cardinali canadesi, di cui due emeriti: Jean-Claude Turcotte, 77 anni è stato sostituito nel 2012 da arcivescovo di Montreal e Marc Ouellet lavora in Vaticano. Solo il card. Thomas Christopher Collins, 67 anni appena compiuti a gennaio, è in servizio nella sua arcidiocesi di Toronto.





Nato a St. Hilaire de Dorset (Beauce) all’estremità sud del Québec nei pressi del confine con il Maine, Lacroix, primogenito di sette fratelli, ha trascorso la sua gioventù negli Stati Uniti, New Hampshire, dove la famiglia di piccoli agricoltori era emigrata quando lui aveva 8 anni. Al termine della Trinity High School di Manchester, torna a Quebec City, dove lavora prima in un ristorante, poi come graphic designer in una casa editrice. Nel corso dell’ultimo anno di scuola era diventato membro dell’Istituto secolare Pio X, fondato da padre Henri Roy a Manchester nel 1939 la cui attività apostolica si può riassumere così: “Annunciare il vangelo con la propria vita” (approvato da papa Giovanni XXIII 20 anni dopo). Nel 1980 prende un anno di aspettativa per andare missionario in Colombia presso una clinica di indigenti, tornato a casa entra in seminario e viene ordinato nel 1988 all’età di 31 anni. Si è poi dottorato presso la Laval University in teologia pastorale, quindi torna missionario in Colombia: parroco, docente nel seminario locale e pure conduttore radiofonico (la missione resta in lui che inserirà il sandalo del pellegrino e un amo da pescatore nello stemma vescovile). Al rientro in Canada, dopo otto anni, diventa direttore e assistente spirituale dell'Istituto Pio X e  membro del CEO della Conferenza Mondiale per gli Istituti Secolari.



Già vescovo ausiliare di Ouellet nel 2009, in qualità di arcivescovo di Quebec aveva incontrato papa Francesco lo scorso giugno in occasione della visita ad limina dei vescovi canadesi e in quella sede Bergoglio aveva sottolineato la necessità di “ricucire il Quebec lacerato” (dall’esperienza in Colombia parla correttamente lo spagnolo, lingua in cui dialoga con papa Francesco).



Lacroix è conosciuto per la sua straordinaria capacità di dialogo e accoglienza, non esente da critiche di quanti apprezzavano le posizioni più nette del predecessore Ouellet. Descritto come un “bon vivant”, un uomo alla mano, gioviale, non è difficile avere un colloquio con lui o uno scambio di idee sui social network dove sottolinea la fiducia nei giovani e nelle famiglie (“la foresta che cresce senza far rumore”). “E’ un prete vicino alla gente, non un uomo di potere” ha detto di lui il portavoce diocesano Jasmin Lemieux-Lefebve ai media, considerando la nomina un dono per il Quebec che celebra quest’anno i 350 anni dalla costruzione di quella che sarà l’attuale Cattedrale di Notre-Dame dopo l’arrivo dei primi missionari (di quelle terre è anche Kateri Tekakwitha, “il giglio degli Irochesi”, la prima santa nativa americana, fuggita al nord presso la missione di San Francesco Saverio vicino a Montreal, morta a 24 anni nel 1680 e sepolta a Kahnawake in Quebec).



Anche la sua nomina è venuta senza preavviso e l’ha appresa domenica mattina al risveglio: “Una grande responsabilità – ha subito scritto su Twitter – ma sono molto contento di lavorare nella Chiesa a fianco di papa Francesco”. “Mi ha telefonato al mattino per dirmi la novità ed era così emozionato che faticava a parlare”, racconta dalla Florida la mamma, Brigitte Laurendeau Lacroix, pronta a partire per Roma con tutta la sua grande famiglia. “Avevamo pensato da tempo che potesse diventare prete, ma non l’avremmo mai immaginato arcivescovo e tantomeno cardinale”.



Convinto promotore di una cultura della vita a livello ampio (è co-presidente della Commissione episcopale famiglia), contro la “cultura dello scarto” secondo l’espressione di papa Francesco, in un'intervista del dicembre 2011, aveva esortato i fedeli a portare il Vangelo nella pubblica piazza con coraggio. “Occorre portare la luce di Cristo in tutti i settori della società: educazione, politica , sanità, dobbiamo essere lì”.



Nell’autunno scorso il dibattito sulla nuova Carta dei Valori per garantire la neutralità religiosa nel Paese: “Non provochiamo una tempesta nella teiera” è stata la risposta di Lacroix a quanti intendevano replicare con durezza, collocandosi invece in linea con Gilles Routhier, decano della facoltà di Teologia e Scienze religiose dell’università di Laval che difendeva la neutralità dello stato. "Coloro che vogliono credere dovrebbero essere in grado di farlo in tutta libertà, in privato e in pubblico, ma lo stesso vale per coloro che scelgono di non credere o credere diversamente. La questione della libertà religiosa è fondamentale, ma in ogni direzione”, ha detto in un'intervista al Journal de Québec. “Non possiamo costringere nessuno con la forza a pensarla come noi” ha ribadito nelle numerose interviste all’indomani della sua nomina.

http://vaticaninsider.lastampa.it/nel-mondo/dettaglio-articolo/articolo/concistoro-2014-31355/
French Le Cardinal et la charte
Jan 19, 2014
Dimanche matin, le cardinal désigné Gérald Cyprien Lacroix se réveillait, comme nous tous, en apprenant la bonne nouvelle de sa création comme Cardinal par le Pape François.

17 janvier 2014 by Francis Denis

Cette nomination n’était toutefois pas totalement imprévisible, compte tenu de la tradition du Diocèse de Québec d’être un « siège cardinalice ». Une chose est sûre, la nouvelle tombait à point puisque la belle province avait désespérément besoin d’une voix forte pour l’aider à faire face aux défis actuels.

La forte présence de journalistes lors de la conférence de presse donnée à Québec, lundi dernier, manifeste un changement et même un tournant dans le traitement médiatique du désormais Cardinal Lacroix. En effet, les médias se sont d’emblée concentrés sur son attitude générale, son « style pastoral » et ses opinions sur les grands sujets d’actualité. À cette occasion, l’opinion de son Excellence (bientôt « Éminence ») sur la question de la Charte du Parti Québécois a pris une large place.

De fait, l’Église joue toujours un rôle important dans la société québécoise. En ce sens, les journalistes ont perçu que le cardinalat de Mgr Lacroix sera une voix privilégiée pour connaître l’avis de l’Église sur les sujets de société. Le contenu même des questions posées manifeste cette prise de conscience. En effet, on pouvait sentir qu’ils s’interrogeaient sur le type d’interlocuteur auquel ils ont et auront affaire.

Comme s’ils avaient conscience que cette nomination allait les obliger, dans un avenir rapproché, à côtoyer davantage l’homme d’Église. Ainsi, même s’ils n’osent peut-être pas se l’avouer, les journalistes ont conscience de ce que Michael Coren affirme lorsqu’il dit que « la foi importe » (« Faith Matters ») !

Le Cardinal Lacroix s’est adonné à cet exercice rhétorique en prenant bien soin d’éviter les tentatives de certains journalistes de transformer la nouvelle en une simple polémique. La manière dont il a répondu aux questions « pièges » manifeste plusieurs attitudes pastorales qui s’apparentent « étrangement » à celles du Pape François. Il ne s’en cache d’ailleurs pas du tout en ce qu’il a même procédé à la lecture de la lettre du Pape aux nouveaux cardinaux et en y revenant lorsque le besoin s’en fit sentir.

Par exemple, lorsqu’une journaliste lui a posé la question de sa « rapide ascension » il a répondu en citant le Pape François qui faisait appel aux vertus de service et d’humilité auxquelles les cardinaux sont tenus. Cela nous révèle l’attitude pastorale du pape François et de Mgr Lacroix qui possèdent toutes les caractéristiques d’une bonne stratégie de communication. En cela, bien qu’il ne soit pas un « scholar » comme il le dit lui-même, Mgr Lacroix pourrait se voir décerner un doctorat honoris causa d’une faculté de communication!

Sans nier les vérités et les vertus aujourd’hui mal comprises de la morale catholique, le Cardinal Lacroix a bien mis en pratique l’affirmation suivante du Pape François : « quand on assume un objectif pastoral et un style missionnaire, qui réellement arrivent à tous sans exceptions ni exclusions, l’annonce se concentre sur l’essentiel, sur ce qui est plus beau, plus grand, plus attirant et en même temps plus nécessaire »[1]. Comme le Cardinal Lacroix le disait dans sa conférence de presse du 17 janvier : « le Pape est fidèle aux enseignements de l’Église, n’attendez jamais une annonce disant que l’Église est pour l’euthanasie ou l’avortement, mais il préfère commencer par essayer d’ouvrir leurs cœurs, d’être inclusif envers tous et de faire sentir au monde qu’il est aimé de Dieu »[2].

Le Québec et certaines élites ordinairement hostiles à l’Église et son enseignement sont-elles prêtes à s’engager d’une manière respectueuse dans un dialogue avec l’Église ? Espérons que le ton et l’ouverture de notre nouveau Cardinal aident à briser les remparts qui bloquent l’accès du Christ au cœur des québécois.

[1] Pape François, Evangelii gaudium, no 35.
[2] http://new.livestream.com/ecdq/cardinalgeraldclacroix

http://seletlumieretv.org/blogue/author/fdenis
French Le cardinal Lacroix en désaccord avec la charte
Jan 18, 2014
Le nouveau cardinal Gérald Cyprien Lacroix s'en est pris hier au projet de charte des valeurs du gouvernement Marois.

Dans le cadre d'une conférence de presse tenue hier, Mgr Lacroix a indiqué qu'il comprenait très bien que des employés de l'État occupant de poste de pouvoir tels que les policiers, les juges démontrent une neutralité religieuse dans le cadre de leur fonction.

Il estime toutefois que le document déposé à l'automne va trop loin en voulant interdire à tous les employés de l’État d’afficher leur foi sur leur lieu de travail.

« La liberté de pouvoir exprimer sa foi en privé comme en public est un droit garanti par la Charte des droits et libertés », a rappelé Mgr Lacroix.

Bien qu'il ne participera pas personnellement à la consultation publique qui débute aujourd'hui, le cardinal a souligné que l'Assemblée des évêques catholiques du Québec déposera un mémoire. (TC Media)

http://www.courrierdusaguenay.com/Actualites/2014-01-14/article-3574958/Le-cardinal-Lacroix-en-desaccord-avec-la-charte/1
42 READERS ONLINE
INDEX
RSS Feed
back to the first page
printer-friendly
CARDINALS
in alphabetical order
by country
Roman Curia
under 80
over 80
deceased
ARTICLES
last postings
most read articles
all articles
CONTACT
send us relevant texts
SEARCH