Angelo Cardinal Scola Angelo Cardinal Scola
Function:
Patriarch of Milano, Italy
Title:
Cardinal Priest of Seven Most Holy Apostles
Birthdate:
Nov 07, 1941
Country:
Italy
Elevated:
Oct 21, 2003
More information:
www.catholic-hierarchy.org
Send a text about this cardinal »
View all articles about this cardinal »
French Le patriarche de Venise a fait un rêve: le métissage de civilisations
Apr 13, 2009
L'un de ses amis, philosophe, indique dans un livre comment y arriver. Mais la route est accidentée entre les religions, surtout entre le christianisme et l'islam. L'archevêque Teissier raconte ce qui se passe dans son Algérie, partagée entre répression et respect de la liberté religieuse

par Sandro Magiste

> ROME, le 1er avril 2009 – Sur la couverture du livre, une question et une photo. La photo est celle du confluent de l’Amazone et du Rio Negro: des eaux de couleurs différentes coulent l’une à côté de l’autre puis elles se mêlent. La question est dans le titre: "Métissage: coexistence ou confusion?".
>
> En effet, dans le langage courant, le mot "métissage" n’a pas bonne réputation. Né avec le brassage des Espagnols et des Indiens après la découverte des Amériques, il fait penser à la conquête et à l’assujettissement. Ou bien, associé au multiculturalisme moderne, il évoque une confusion, un fouillis de personnes et de civilisations juxtaposées qui ne se comprennent pas.
>
> Mais c’est justement sur le "métissage de civilisations" qu’a parié l’un des hommes d’Eglise les plus actifs dans l'interprétation et l’orientation des rapports entre peuples, religions et cultures: le cardinal Angelo Scola, patriarche de Venise.
>
> Le livre est une étape importante de ce programme. Il est publié par Marcianum Press, éditeur du patriarcat de Venise. L'auteur, Paolo Gomarasca, est professeur de philosophie et d’anthropologie à l'Université Catholique de Milan.
>
> ***
>
> Le cardinal Scola a lancé pour la première fois l'idée du métissage en 2004, quand il a créé à Venise une fondation internationale ayant pour objet la connaissance mutuelle et la rencontre de l'Occident et de l'islam. Cette fondation, appelée "Oasis", publie une revue portant le même nom, en 4 versions distinctes: italien, français-arabe, anglais-arabe, anglais-ourdou.
>
> Selon le patriarche de Venise, le métissage des civilisations est un processus qui est sous les yeux de tous. Il touche le monde entier et s’accélère sans cesse, comme jamais dans le passé. "Il ne demande pas la permission de se produire", il existe, tout simplement. Croire qu’on peut l’arrêter est une illusion: il faut plutôt le juger de façon critique et "l’orienter vers des façons de vivre droites, au niveau personnel et social". A plus forte raison "pour nous, hommes des religions, convaincus que tous les peuples font partie d’une seule famille humaine et que Dieu conduit l’histoire".
>
> De là l'idée de mettre de l’ordre dans ce processus, surtout conceptuellement. Le livre du professeur Gomarasca reconstruit l’histoire du métissage de civilisations, depuis la découverte des Amériques jusqu’à aujourd’hui, une histoire qui est aussi celle de ses interprétations plus ou moins insatisfaisantes, du point de vue colonial au multiculturalisme.
>
> Mais Gomarasca ne fait pas qu’observer et décrire. Il indique une direction de réflexion. La catégorie clé qu’il met en œuvre est celle de la filiation:
>
> "Le métissage est une nouveauté née de la relation de l'un avec l'autre, mais il ne peut être réduit ni à l’un ni à l’autre: c’est un effet qui les dépasse tous les deux. Voyons par exemple ce qui arrive dans le Nouveau Monde: que sont les 'mestizos' sinon des enfants - dont l’identité mixte interroge la conscience de leurs parents blancs - qui comprennent tout à coup qu’ils ne peuvent pas être les seuls? Comme reconnaissance d’une origine commune, la filiation est une condition nécessaire de la vie droite".
>
> La famille et la société civile libre sont de manière naturelle les "lieux de reconnaissance" et de mise en œuvre de cette communauté entre les hommes, les peuples, les cultures. Et aussi les religions:
>
> "Si l’on admet que les religions sont capables de donner des raisons publiques de leur foi, il est essentiel de valoriser l’apport de vérité qu’elles peuvent fournir à l’idée de la relationnalité constitutive de l'être humain".

Source: chiesa.espresso.repubblica.it
49 READERS ONLINE
INDEX
RSS Feed
back to the first page
printer-friendly
CARDINALS
in alphabetical order
by country
Roman Curia
under 80
over 80
deceased
ARTICLES
last postings
most read articles
all articles
CONTACT
send us relevant texts
SEARCH